Mode de garde: a-t-on vraiment le choix ?

Bientôt le mois de septembre, la rentrée des classes pour les grands et l'entrée en crèche ou chez l'assistante maternelle pour les plus petits. Et peut être êtes-vous en pleine recherche du moyen de garde idéal pour votre petit oisillon.
Je vais être claire, chères mamans, la recherche d'un mode de garde est une bataille sanguinaire que nous, parents, devons livrer.
Il faut s'y préparer en amont, développer une stratégie, envisager la défaite, mais surtout ne pas baisser les bras. 
Alors crèche ou assistante maternelle ? 
Mmmm, voyons, je ne sais pas quelle option choisir, les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients... Quel choix cornélien... STOOOP ! Ne vous angoissez pas, et dites vous bien que dans la majorité des cas, face à l'immense fossé entre l'offre et de la demande, vous n'aurez pas le choix. Et croyez moi, dans mon cas je ne partais pas défaitiste pour autant.
Pour ma part, le combat a commencé dès l'inscription.



Round 1:
Avec papa Cailloux nous avions opté pour l'inscription en crèche pour plusieurs raisons. D'abord la structure. Bizarrement et contrairement à beaucoup de mamans, le fait que mon bébé soit gardé par plusieurs personnes et non une seule, me rassurait. L'encadrement et l'organisation qu'on peut trouver en crèche font que j'aurais confié mon enfant plus sereinement.
Ensuite la socialisation. En crèche les enfants sont en contact avec d'autres enfants et découvrent la notion de groupe.
Enfin le prix. Dans ma région les crèches sont bien moins chères que les assistantes maternelles.
Seul inconvénient à mon sens, les enfants se refilent tout ce qui passe. Vive les anticorps!

Enceinte d'un mois et demi et toute guillerette, je décroche mon téléphone pour demander les modalités d'inscription de la crèche de mon quartier.
- Vous êtes enceinte de combien Madame ?
- Un mois et demi
- Ha et bien ça commence à être tard pour l'inscription !
UN MOIS ET DEMI !!! Alors comment dire, j'hésitais à appeler quelques semaines avant de planter la graine mais je me suis dit que finalement j'allais attendre un peu...
Du coup, pour faire court on nous a mis sur liste d'attente pour finalement nous annoncer que nous n'avions pas de place. Et comme je n'avais absolument pas pensé à cette éventualité, je ne m’étais bien entendu pas inscrite dans d'autres établissements.
Il a alors fallu se rabattre sur le choix d'une assistante maternelle.

Round 2: 
Bien choisir son assistante maternelle.
Pour la famille Cailloux il était primordial de trouver une assistante maternelle proche de notre lieu de vie, et qui pourrait nous garder notre petit gravier 3 jours flottants par semaine, les plannings de papa Cailloux n'étant pas déterminés à l'avance.
Alors, trouver une nounou qui accepte de garder notre bébé seulement 3 jours c'est faisable, mais pour 3 jours flottants il faut s'accrocher! Si en plus on a des exigences sur sa façon d'exercer son métier, autant dire que cela équivaut à chercher une aiguille dans une botte de foin.
Méthodique et confiante, je me suis munie de la liste du relais des assistantes maternelles de ma ville, et j'ai appelé chaque numéro un par un.


Après avoir essuyé je ne sais combien de refus, je suis finalement tombée sur une dame qui nous a orienté vers une amie à elle, qui cherchait une garde d'appoint.
Un rendez-vous, c'est déjà mieux que rien.

J'avais préparé pleins de petites questions dans ma tête: les jeux d’éveil; les sorties en extérieur, son point de vue sur l'éducation bienveillante. 
Finalement très peu de questions ont été posées. Je dirais qu'elle m'a tout de suite inspirée confiance. Sa façon de se comporter avec ses propres enfants, et la description qu'elle m'a fait de son métier ont fini de nous convaincre. 

Un seul rendez-vous aura suffit, et aujourd'hui nous entretenons toujours de très bons rapports avec notre assistante maternelle, et envisageons de lui confier la garde de notre pépite lors de l'entrée à l'école du plus grand. Nous avons instauré un rapport de confiance, nous savons notre enfant heureux et épanoui chez sa nounou et nous ne regrettons pas le moins du monde qu'il ne soit pas allé en crèche.

Pour autant, si le courant n'était pas passé aussi facilement, aurions-nous eu vraiment le choix ? 
Car trouver une assistante maternelle sur 5 jours, à des horaires de bureaux est chose plutôt commune. On peut se permettre de faire la fine bouche, d'en sélectionner plusieurs, de les voir, de juger laquelle pourrait le mieux convenir à son enfant et à soi. 
Mais lorsque notre profession nous oblige à faire garder nos enfants en horaires décalés ou même le week-end, a-t-on vraiment le choix de notre mode de garde?

Et vous, comment avez-vous choisi votre mode de garde? Cela a-t-il été compliqué? 
J'attends vos témoignages et vous souhaite bonne chance si vous êtes en recherche !
Rendez-vous sur Hellocoton !