Le jour où je me suis réconciliée avec mon ventre

Aujourd'hui je pensais vous parler du pot de Nutella que je me suis sifflé en un quart d'heure pour me consoler des résultats des présidentielles, et puis je me suis dit que finalement j'allais vous parler de mon ventre.

Nous n'avons jamais été très copains avec mon ventre. Tantôt ouvertement en conflit armé, d'autres fois plutôt en guerre froide. Nous nous tolérons car nous devons vivre ensemble mais ne nous apprécions pas. Son problème c'est qu'il veut toujours attirer l'attention. J'ai eu beau lui expliquer qu'il fallait qu'il se fasse tout petit et laisse un peu plus de place aux autres parties de mon corps comme mes seins, il s'en fout complètement. 
Quel égoïste.




A sa décharge, je le comprends, il est gourmand mon ventre, c'est un bon vivant. Il aime le fromage et le bon vin, le chocolat, et ce qu'il préfère par dessus tout ce sont la glace et les pizzas. Et quand il en abuse un peu trop et bien il pend...  
Moi je ne suis pas fan des régimes, je vois un peu cela comme un piège, et mon ventre lui, il se sent bien à pendouiller. Je le compare souvent au mal de tête d'un lendemain de cuite, il est là, et il ne sert à rien à part te rappeler que tu as déconné. 
Heureusement en 25 ans (oui j'ai 25 ans mais je fais un petit peu moins) il y a tout de même eu des périodes de trêves ou on se laissait mutuellement tranquille.

Et puis je suis tombée enceinte. Un petit bonhomme a investi mon ventre, et mon ventre a commencé à se sentir à l'étroit. Lui qui avait tant de place auparavant s'est retrouvé coincé par un étranger qui n'arrêtait pas de grossir au fil des mois. Alors il a décidé de s'adapter et de pointer vers l'avant. Et à partir de ce moment là nous nous sommes réconcilié mon ventre et moi
J'ai pris plus de 20 kilos pour chacune de mes grossesses et je n'ai jamais trouvé mon ventre aussi beau, ferme, tendu. Une nouvelle complicité s'est développée entre nous. Je lui faisais des papouilles et il était content. De temps en temps il me faisait comprendre qu'il se sentait un peu étriqué avec son nouveau colocataire, mais nous ne nous sommes jamais aussi bien entendu.  



Après 9 mois d'amour, le petit colocataire a décidé de se faire la belle et a quitté mon ventre. Il l'a laissé triste et seul comme après une rupture sentimentale. Comme si mon ventre vivait maintenant dans un appartement beaucoup trop grand pour lui. Béant, flasque et mou, il tente doucement de remonter la pente et d'oublier ces habitants qui l'ont lâchement laissé tomber. Il renoue peu à peu avec ses petits plaisirs auquels il avait dit au revoir pour le bien être de mes bébés, les sushis, le fromage au lait cru... 

Je ne lui en veut pas de prendre autant de place et d'être marqué par ces grossesses, mais comme après toute rupture, il arrive un moment où il faut bien se reprendre en main, reprendre le dessus et passer à autre chose.
"9 mois pour le faire, 9 mois pour le défaire" dit l'adage. Chez moi ce serait plutôt 9 mois pour le faire, 2 ans et demi pour le défaire. Qu'importe, un jour ou l'autre mon ventre et moi nous redeviendrons copains j'en suis sûre. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires

  1. Oh! Exact résumé de notre relation à mon ventre et moi aussi! Déjà je n'ai jamais eu le ventre plat des magazines sauf peut être à 18 ans, mais alors entre les bons gueuletons, et 2 bébés de 4,2kg et 3,8kg pour lesquels j'ai pris peu de poids (12kg pour la 1ere et...j'ai perdu du poids pour la 2ème!), j'ai TOUT pris dans le ventre, qui était énorme et ne pourra jamais s'en remettre. J'en ai pris mon parti, tant pis, ça ne m'empêche pas de vivre, mais bon... comme dit joliment mon chéri c'est "ma peau pour les bébés", et ça me rappelle le bonheur que j'ai à les avoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ma peau pour les bébés" c'est trop mignon comme expression! Je crois qu'il faut qu'on se fasse une raison pour le ventre plat des magazines �� notre ventre est la pour nous rappeler que nous avons mis nos enfants au monde

      Supprimer
  2. Qui aurait cru qu'un ventre puisse être le sujet d'un si bel article?? J'adore ta plume et cette manière si particulière que tu as de présenter les choses si banales et anodines avec tant d'humour. Merci à toi de distiller ta bonne humeur et de la partager avec nous... Tu me redonnes le sourire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Ton commentaire me touche vraiment beaucoup. Je ne pretends pas du tout avoir un quelconque talent d'écriture, certains le font tellement mieux que moi. Si j'ai ouvert ce blog c'est pour partager mon quotidien de maman et je suis vraiment ravie si tu prends plaisir à me lire :)

      Supprimer
  3. J adore ton article! Un sujet sur le ventre ce n est pas banal et en te lisant on se reconnaît complètement et on se dit que tu as vraiment bien fait de l écrire! Merci pour ce partage ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien! Tout le plaisir est pour moi! Prochain article sur mes gros bras ! Haha ;-)

      Supprimer
  4. J'adore ton article, je le trouve très original!
    De plus c'est souvent un sujet qui fâche le ventre après une grossesse. En ce qui me concerne je n'ai jamais eu le ventre plat et même si j'ai perdu tout les kilos la grossesse l'a un peu ramolli ! Je n'ai jamais été copain avec lui, si ce n'est pendant ma grossesse car pour a première fois je ne complexais pas sur mon ventre mais promis un jour ça sera aussi mon copain !
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Je ne vais pas plagier les commentaires ci dessus, mais je n'en pas moins. J'ai ADORE ton texte, si bien écrit et si vrai! Je crois qu'il vaut mieux abandonner l'idée du ventre des magazines (retouchés de toute façon) (non je suis pas jalouse) ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Merci les filles ! Je suis contente que vous ayez apprécié, ça me fait chaud au coeur ! Je vous embrasse !

    RépondreSupprimer
  7. Très joli article ! Je ne peux que comprendre : j'ai jamais autant aimé mon ventre que pendant ma grossesse ! Gros certes mais abritant la vie, quoi de plus beau ?

    RépondreSupprimer