Le choix du roi

- "Vous allez être contente Madame Cailloux, c'est une petite fille ! Le choix du roi, c'est super!"
"Le choix du roi", j'ai entendu ça durant toute ma grossesse. Non mais sérieusement est-ce que j'ai l'air d'avoir la gueule de Louis XIV ?
- "oui c'est... super..." Je serre les dents, ma gorge se noue, j'essaie de retenir mes larmes de déception.

Je rentre chez moi la mine déconfite en culpabilisant de ne pas être heureuse de l'annonce du sexe de mon enfant.
Avoir une fille pour moi ce n'était pas si évident à digérer.
Déjà, j'étais sûre que j'attendais un deuxième petit bonhomme. Ça aurait été tellement facile. Je sais comment ça fonctionne un petit bonhomme, j'ai déjà le mode d'emploi. Il se serait appelé Tom, j'avais déjà de quoi l'habiller, il aurait joué à la voiture avec son grand frère, je serais restée la seule femme de la famille, adulée par ses 3 hommes.
Mais non c'est une petite fille qui grandissait dans mon ventre.
 


 

 J'étais tellement persuadée du contraire que j'ai mis quelques heures à vraiment y croire et à réaliser que ce ne serait pas ce que j'avais imaginé.

Ma réaction peut paraître dure comme ça, après tout c'est bien d'avoir un enfant de chaque sexe. Non mais c'est vrai, de quoi elle se plaint celle là? Certains en rêvent et n'arrivent à faire que des enfants du même sexe... Oui je faisais la fine bouche, mais si à l'époque je ne voulais pas d'une fille c'est parce que je crois que j'avais très peur.

Bizarrement élever une fille m'a toujours beaucoup plus effrayé que de m'occuper d'un petit garçon. Sans doute parce que j'en suis une, et parce que de ce fait, je sais ce à quoi elle pourra être confrontée dans sa vie. Je sais également ce que je devrai gérer en tant que mère.
Gérer l'adolescence d'une fille me pétrifie.
Certainement parce que cela me rappelle à quel point j'étais influençable, complexée par mon corps, et mal dans ma peau à cette période de ma vie. Sans doute aussi parce que j'avais très peur de ne pas arriver à tisser de lien avec elle. Moi je n'avais pas de doutes sur l'amour que j'allais lui porter, mais elle, allait-elle m'aimer ? Du moins m'aimer autant que ce que peut m'aimer son frère ?

J'ai eu besoin de quelques jours pour me faire à l'idée, pour apprivoiser la nouvelle identité de mon bébé. Et puis peu à peu, au fil des mois, au fur et à mesure que mon ventre grossissait, mes craintes ont commencé à s'estomper.

Je me suis mise à faire du shopping, acheter de la layette pour petite fille. J'ai commencé à m'imaginer lui faire des nattes. Nous avons choisi son prénom, j'ai pris plaisir à décorer sa chambre, et quand elle est née, ce fut une évidence.
Il fallait que ce soit une fille, il fallait que ce soit elle. Dès sa première minute de vie je suis tombée éperdument amoureuse de ma pépite.

Tout était si simple, si naturel. Je n'ai jamais regretté de ne pas avoir eu un deuxième garçon. J'ai même développé une relation très fusionnelle avec elle, ce que je n'aurais jamais soupçonné avoir avec une fille.

Aujourd'hui elle a 7 mois tout pile et déjà un caractère bien trempé. Je me réjouis chaque jour d'avoir une petite fille aussi curieuse et éveillée. Je suis finalement heureuse qu'elle m'en ait demandé autant ses tout premiers mois de vie car j'ai l'intime conviction que cela nous a encore rapproché davantage. J'aime le fait qu'elle soit différente de son frère, j'aime regarder leur complicité naissante. Et je ne voudrais pour rien au monde qu'il en soit autrement.

Et vous, comment avez-vous vécu l'annonce du sexe de votre  enfant?
Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires

  1. Ta petite pépite a su conquérir ton cœur dès ses premiers instants de vie et l'amour maternel a pris le dessus sur tes appréhensions. Profite pleinement de ta petite pépite; une relation mère/fille peut être très forte et très fusionnelle. Ce qui d'ailleurs est mon cas avec ma mère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci j'essaie d'en profiter un maximum, le temps passe tellement vite !

      Supprimer
  2. Alors pour les nattes, je crois qu'il va falloir patienter un peu! 😂😂 Ta pépite est magnifique et quand on voit le regard qu'elle te porte, aucun doute il y a énormément d amour là dedans!
    Quant à mon expérience, tu le sais, nous avons choisi le Kinder surprise. Un bébé, notre bébé, fille ou garçon pas d importance. Apres certains disent que tu ne peux pas vraiment te lier à l enfant si tu ne connais pas son sexe, tu ne te projettes pas pas pendant la grossesse. Ca n à pas du tout été notre cas. Nous l aimions avant même sa naissance, nous avons préparé sa chambre, imaginé notre vie tous les trois comme le font tous les futurs parents je pense. Et puis, l essentiel pour moi était de le sentir en moi, je le sentais vivre à l intérieur de moi et c est ça qui m a permis de fusionner avec lui.
    Alors quand on m a appris à la naissance que c était un petit mec, ça a été le plus beau jour de ma vie. Et ça aurait été pareil si ça avait été une fille.
    Néanmoins, je ne sais pas si pour le 2e nous ferons pareil. J'hésite. J'aime bien pouvoir comparer alors des fois je me dis que nous demanderons à l écho pour voir finalement quel est le meilleur choix...
    Mais on n'en ai pas encore là, j ai le temps de changer d avis quinze fois d'ici là!
    Julie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ses cheveux ont vachement poussés depuis deux jours ;)
      Je pense que maintenant que j'ai un petit gars et une fille, si je devais retomber enceinte un jour, je ferais comme toi un petit kinder surprise :)
      des bisous

      Supprimer
  3. Oh que j'ai en sainte horreur cette expression "le choix du roi" ! Pour choupette, c'était un kinder surprise, nous avions déjà lapin, et j'étais persuadée que c'était un mec jusqu'à la fin...Pendant ma grossesse je me suis aussi demandée comme toi comment on ferait si c'était une fille, d'autant plus qu'il n'y a que des mecs chez nous (ma soeur a trois gars). Je me disais que ça allait être compliqué, quand j'ai accouché j'ai mis une journée à réaliser que c'était une choupette et non un petit boy, il y a eu un peu de stress forcément (j'avais zéro vêtement de fille ah ah) mais quand je la vois je suis tellement fière d'avoir eu une fille (maman gaga de sa choupette) et de voir la complicité qu'elle a avec son frère, c'est juste magique !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi quelques fois notre instinct nous joue des tours ! C'est vrai que la complicité entre mon petit gravier et sa soeur est juste magnifique, le voir aussi prévenant c'est du bonheur ! Profites en bien toi aussi !

      Supprimer
  4. Et bien ici, deux filles... Bizarrement, j'ai toujours eu l'impression d'avoir envie d'une fille, plus que d'un garçon. Et très paradoxalement, c'est également avoir une fille qui me faisait le plus peur.
    Peur de l'adolescence (voire pré-adolescence), mais surtout, peur pour ELLE en tant que femme. Peur car elle devra se battre toujours deux fois plus qu'un homme pour obtenir ce qu'elle veut, peur car si elle souhaite devenir mère un jour, elle connaîtra la douleur de l'accouchement, peur car il y aura des loups tapis au coin de tous les chemins qu'elle empruntera. Peur, car une fille grandit vite, aussi... Peut-être plus qu'un garçon... Peur peut-être parce que je ne suis pas dupe. Qui sait ? Mais en attendant, j'ai deux petits pots de colle et je m'éclate hihi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu résumes parfaitement mes craintes.. Profitons de leur enfance et on verra plus tard pour ce qui est de l'adolescence

      Supprimer