La reprise du travail

Là voilà, elle arrive, telle une épée de Damoclès au dessus de ma tête, la reprise du travail est dans une semaine.

Cela fait déjà quelques nuits que je ne trouve plus le sommeil et que je pleure en pensant à la séparation avec ma pépite. Bien sûr je savais que cela allait arriver, mais je pensais que le moment venu nous serions prêtes toutes les deux.
Pourtant j'ai pris mon temps, 3 mois de congé parental supplémentaire après mon congé maternité pour qu'elle ait 6 mois révolus à la reprise. Mais j'ai la sensation que ce n'est pas assez, que c'est passé trop vite, que nous n'avons pas assez profité l'une de l'autre.

Ce n'est pas que je n'ai pas envie de reprendre le travail car oui j'en ai envie. J'ai envie de revoir mes petits fous de collègues, j'ai envie de faire marcher mon cerveau parce qu'après 9 mois d'absence j'ai l'impression d'avoir autant de neurones qu'une limace...
Et pour mon développement personnel, j'ai envie de reprendre une activité professionnelle.


Le problème c'est que le moment est mal choisi. Pour mon gravier les choses avaient été bien plus simples. A ses 6 mois, je n'allaitais plus depuis bien longtemps, il avait déjà été gardé un week-end entier, et une assistante maternelle était disponible tout de suite.

Concernant ma pépite les choses se corsent. 
Tout d'abord, elle est toujours allaitée et je ne compte pas m'arrêter de sitôt. Il va donc falloir que je m'adapte pour pouvoir garder au moins 2 tétées par jour.

Ensuite, ma pépite et moi sommes vraiment très, très, très fusionnelles. Je n'encourage pas cela, mais depuis qu'elle est née, elle m'en demande beaucoup (comme je l'avais déjà expliqué ici). Il reste donc toujours très difficile de la faire garder. A chaque fois que je la laisse pour 2 heures, je sais par avance qu'elle va hurler la moitié du temps. 

Et puis il y a le mode de garde. Dans un monde parfait, notre assistante maternelle aurait été disponible dès ma reprise et ma petite pépite aurait rejoint son grand frère tous les matins chez la nounou, mais ce n'est pas le cas. Notre assistante maternelle n'a pas suffisamment d'agréments pour accueillir mon gravier et sa sœur en même temps. Et comme nous ne souhaitons pas changer de nounou, nous allons devoir attendre l'entrée du gravier à l'école en septembre pour pouvoir placer pépite chez la nounou.

En attendant la famille et essentiellement mes parents ont la gentillesse de nous la garder 3 jours par semaine.
Je suis bien sur très reconnaissante qu'ils veuillent bien nous rendre ce service, surtout que bien qu'ils soient à la retraite je pense qu'ils ont autre chose à faire de leurs journées, mais j'avoue que j'appréhende énormément cette période transitoire.
Pas que je n'ai pas confiance en eux, bien au contraire, mais l'avantage lorsqu'on emploie une personne et qu'on la rémunère pour un travail, c'est que lorsque quelque chose ne nous convient pas on peut se permettre d'en parler. Après tout, un contrat a été signé, l'assistante maternelle connaît nos attentes sur tout un tas de points, l’éveil, le rythme de sommeil, ce que nous autorisons ou pas, et c'est son job.
Avec la famille, c'est plus délicat. Ils ont déjà la bonté de nous rendre service sans aucune compensation financière alors on ne va en plus avoir des expectatives concernant la manière dont ils gardent nos enfants (sarcasme je précise). 
Plus sérieusement, ce qui m'ennuie c'est justement de devoir prendre des gants pour ne pas blesser ou heurter leur sensibilité. Car quelques fois le fossé générationnel, fait que forcément nous n'avons pas la même vision de l'éducation.    
Globalement, je sais que tout se passera bien. Je pense que nous aurons des deux côtés l'intelligence de mettre de l'eau dans notre vin pour que cela fonctionne.
Mais je suis d'un tempérament anxieux, alors je gamberge.

Enfin, il y a le contexte professionnel dans lequel je fais mon retour. Je ne m'étendrai pas là dessus mais disons que le moral des troupes n'est pas au beau fixe dans mon entreprise.


Tout cela contribue à me dire que je ferais mieux de rester chez moi à m'occuper de mes enfants. Vous aussi vous en êtes convaincus ? Alors si vous voulez faire un don pour que je puisse rester à la maison, contactez-moi en mp et je vous enverrai un RIB ! ;-)
  
   
Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires

  1. Ah ah! J'aime beaucoup ta conclusion, j'aurais dû y penser avant, tu me diras si ça marche! Pour Bouclette j'avais fait pareil, j'ai repris elle avait même 8 mois. J'avais espacé mon allaitement pour ne garder que matin et soir, ça m'allait très bien. J'étais heureuse de remettre mes neurones en marche, mais bon, ce n'était pas si simple! Je pense aussi que tu verras les choses se mettre en place mieux lorsque tu auras passé le cap du retour au bureau. Pour ma part, non seulement nous avions changé de nounou (pas de choix, pareil, histoire d'agréments mais moi du coup j'ai dû changer de nounou, pas d'autre choix), et à mon bureau, toute mon équipe avait changé pendant mon congé parental, et toutes les procédures aussi. Du coup j'ai fait un reboot complet! finalement ce n'etait pas si mal, les premières semaines ont été bizarres le temps de s'y remettre, puis tu trouves une nouvelle routine rapidement. (nb - en revanche je n'avais pas de BABI, ni de grands parents à gérer, donc là, je ne sais pas trop!) C'est normal que tu aies un peu le "blues" et l'angoisse, mais ça va aller!! (tu as pensé au congé parental 80%? Moi je ne bosse plus les mercredi et c'est top!j'avais décrit ça dans un article sur mon blog si ça t'intéresse).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que je vais ouvrir une cagnotte Leetchi haha!
      pas de 80 % car papa cailloux travaille sur 4 jours dont le samedi. Il a donc 2 jours en semaine avec les enfants, ce petit veinard!

      Supprimer
  2. Malheureusement, nous en passons toutes par là... Après la naissance du mien, j'avais dû reprendre le travail alors qu'il n'avait que 3 mois. Ce fut bien sûr un déchirement. Je l'allaitais toujours mais la fatigue (entre ma classe, les corrections, les préparations et tout le reste à gérer) a fini par avoir raison de moi et je n'avais plus assez de lait... Il a bien fallu que je me rende à l'évidence que ce n'était plus possible et j'ai dû passer au biberon. Alors je te souhaite de maintenir cet allaitement le plus longtemps possible...
    Sinon, je comprends aisément tes réticences vis à vis de tes parents. Et je te rejoins un peu sur ce point mais je pense qu'ils vont faire au mieux.
    Bon pour la cagnotte, ça marche si je t'envoie de vrais letchis?? Quoi que ce ne soit plus vraiment la saison. Il faudra patienter jusqu'en décembre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est d'autant plus dur quand on renonce à l'allaitement par obligation et non par choix. J'imagine que cela à du être encore plus difficile à vivre.. Tu peux m'envoyer des compotes ça marche aussi ;-)

      Supprimer
  3. Hello,
    Avoir un congé parental à temps plein aurait été mon rêve... Malheureusement nous n'avons pas pu nous le permettre et j'ai repris au 3 mois de bébé Charlie mais à 80%. C'est compliqué financièrement mais c'est super pour notre fils.
    Étrangement la reprise a été un déchirement et m'a aussi fait beaucoup de bien (dans le sens ou ça m'a permis d'avoir une activité intellectuelle plus intense et que ça m'a un peu ramené à la réalité).
    Si je devais faire le bilan plus de 2 mois après avoir repris je dirais que l'idéal pour moi serait de ne pas avoir à travailler et de pouvoir m'occuper de mon fils. Le temps partiel à néanmoins été un compromis acceptable et j'aimerai pouvoir poursuivre ainsi à la fin de mon congé parental (mais il me faut l'accord de l'employeur, ce n'est pas de droit cette fois). Je suis tellement convaincue par la semaine de 4 jours que je pense que tout le monde devrait pouvoir en profiter.
    Peut-être peux-tu envisager cette solution ? Le fait est que l'aspect financier pèse toujours lourd dans la balance.
    Pour la famille, c'est toujours complexe cette question.. Je comprends que tu appréhendes. Je pense qu'il s'agit de ton enfant et qu'ils seront tout de même t'entendre (diplomatie mon amour !).
    Bon courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Julie,
      Je te souhaite de pouvoir continuer ton travail à temps partiel!
      Tu as raison après 3 mois de congé parental non rémunéré, reprendre à 80 % n'est pas envisageable financièrement. Et puis papa Cailloux travaille en temps plein mais sur 4 jours.
      J'ai la chance d'avoir un travail ou je commence tôt mais qui du coup me permet d'arriver à 16 h à la maison. Je vais essayer de profiter au max de nos fins de journées :)
      au plaisir de te lire

      Supprimer
  4. Pour l'allaitement, ta fille est déjà un peu plus grande, peut-être que tu as commencé la diversification et donc tu pourras plus facilement garder les tétées du matin et du soir. Tu devras peut-être tirer ton lait pour la tétée du goûter au début.
    Je te souhaite de réussir à t'organiser.
    C'est possible d'y arriver ;)

    Bon courage pour la reprise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ana !
      Je ne pourrais malheureusement pas l'allaiter le matin car je commence le travail tôt. Mais je serai du coup fraiche et dispo pour le gouter. Je ne suis pas très copine avec le tire-lait mais j'espère pouvoir compenser le manque de tétées de la semaine en faisant de l'exclusif en plus des purées le week-end, à voir!

      Supprimer
  5. Je crois je veaucoup de maman ressentent ce que tu ressens...pour ma deuxième la reprise a été plus difficile que pour l'aîné non pas à cause de l'allaitement car c'est un bebe biberon mais à cause du travail où comme pour toi le moral n'était pas au beau fixe et aussi parce que j'aimais ce nouveau rythme dans lequel je pouvais emmener mon fils a l'école, m'occuper de ma fille...concernant tes réflexions sur le mode de garde familial je suis entièrement d'accord c'est parfois difficile de s'imposer, on ne veut pas créer de conflits...délicat de trouver le juste milieu. Bref je te souhaite un bon courage? Je te ferai bien un don ;-) et puis il faut se dire que généralement une fois qu'on y est on rentre vite dans la routine. C'est plutôt le rythme qui est difficile à prendre, j'ai trouvé ca fatiguant pour ma part !

    RépondreSupprimer
  6. Hello Ooha Maille
    Désolée pour la réponse tardive mais un petit incident internet est venu s'imisser entre le blog et moi.
    Merci pour ton soutien en tout cas ! Au fond de nous on sait que cela finira par bien se passer mais on stresse quand même, incorrigibles mamans !

    RépondreSupprimer
  7. Super article ☺, je suis actuellement enceinte et j'avoue que j'appréhende déjà ce moment. Pour ma première, je l'ai gardé jusqu'à c'est 1an et j'en ai tellement bien profité que c'est dure de se dire qu'on ne peut pas faire pareil pour le deuxième 😫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends tout à fait ! Un an je trouve ça top, ça laisse vraiment du temps pour en profiter et bébé n'est plus nourrisson à la reprise. Bon courage en tout cas quand toi aussi tu y viendras, et profite bien de ta grossesse :)

      Supprimer