Vous souhaitez la péridurale, Madame?

Ça y est je me lance dans un second billet consacré à la péridurale!

Vaste sujet en ce qui me concerne. Comme beaucoup de futures mamans je pense, je ne me suis jamais posée la question de la péridurale. J'allais accoucher en souffrant le moins possible, point.

Donc pour mon gravier, quand on m'a demandé si je voulais la péridurale, j'ai dit oui tout naturellement. Après tout, on n'est plus au Moyen Âge, me disais-je, les femmes ne devraient plus souffrir en accouchant.

Puis, arrivée au jour J où mon petit gravier à décidé de se montrer, comme toute nullipare qui se respecte, je me suis laissée guider par l'équipe médicale qui s'occupait de moi. Il en a résulté un accouchement déclenché au synto suite à la perte des eaux 12h plus tôt, certes sans douleur, mais avec une sage femme qui me disait que je poussais mal (merci...), une ventouse pour faire sortir mon gravier, et surtout la sensation très déplaisante de ne pas avoir été actrice de mon propre accouchement. Les suites de couches ont, elles aussi, été désagréables. J'étais vaseuse et engourdie...

Alors je me suis demandée, aurais je accouché dans de meilleures conditions sans péridurale?



Par la suite, quand je suis tombée enceinte de ma pépite, je me suis documentée. Je suis allée voir sur les forums les témoignages de mamans qui avaient accouché naturellement. Lorsque c'était par choix, la plupart décrivait une expérience à la fois éprouvante et merveilleuse.

J'en ai également parlé avec ma sage femme lors de la préparation à l'accouchement. Elle m'a dit qu'il n'y avait rien d'insurmontable dans un accouchement naturel, et que les étapes de la gestion de la douleur s'apparentaient à celle d'un deuil: déni, colère, désespoir, résignation, acceptation. Pas très rassurant mais très constructif!

Néanmoins, lors de ma visite avec l'anesthésiste, à la question fatidique, "vous souhaitez la péridurale madame?", je répondais oui sans la moindre hésitation. Pour moi les femmes qui accouchaient naturellement étaient des sortes d'héroïnes aux super pouvoirs, les hulks de l'accouchement.. Et je ne me sentais pas à la hauteur, pas capable.

A 2 semaines de mon terme, tout comme pour mon petit gravier, j'ai perdu les eaux pendant la nuit. Et exactement comme lors de mon premier accouchement, le lendemain je n'avais toujours aucune contraction. Je me voyais déjà me faire déclencher et revivre le même accouchement que la dernière fois, mais finalement elles sont bien arrivées.
Le temps que l'anesthésiste se prépare à me faire la péridurale , j'étais passé de 3 à 8, en 10 minutes.  Et lorsque l'anesthésiste est enfin arrivé il était trop tard, ma pépite était là!

Je n'ai pas eu le choix, j'ai accouché naturellement.

Alors oui ça fait mal, très mal, même très très mal.
Oui, lorsque j'ai accouché j'ai tellement hurlé qu'on se serait cru dans un élevage porcin, mais quelle magnifique expérience que de vivre et sentir l'arrivée de son enfant.

Avec le recul si on me demandait de revivre un de mes accouchements, je choisirais celui-ci sans hésitation. Être acteur de la naissance de son enfant est une chose merveilleuse, et cela m'a également permis de comprendre que j'en étais tout autant capable qu'une autre. Les suites de couches se sont également révélées beaucoup plus faciles à vivre.


Pour les futures  mamans qui se posent la question mais qui ont peur de se lancer, je leur conseillerais juste d'essayer, de tenter, et si c'est trop dur, trop long ou trop éprouvant, la bonne vieille péri sera toujours disponible au cas où 😉


Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

  1. Pour la grossesse de mon fils,le tôt et parfaite.
    J ai eu la péridurale très faible car j ai bien sentis son passage.
    La pour la grossesse de mes jumelles,elle risque d être déclencher et je c est pas si j ai le choix pour la péridurale.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Pour une grossesse gémellaire je ne sais pas trop comment ça se passe, tu me diras ! Merci de ton témoignage ! Bisous

      Supprimer
  2. J'ai eu moi aussi l'occasion de tenter les 2 - péri pour ma première, sans souci, très bien et mon accouchement fut rapide ; je la voulais d'ailleurs pour ma 2ème, mais la maternité débordée a fait que le temps que l'on vienne me la poser, j'étais déjà à 9 donc...5mn plus tard c'était terminé. J'ai souffert, beaucoup (mais avec cet effet magique où tout ou presque s'arrête quand bébé est sorti) ; mais ce que je retiens de plus désagréable était cette impression de ne plus rien contrôler à cause du gaz hilarant (ma Bouclette avait le cordon autour du cou, on me demandait d'arrêter de pousser, ce que je n'arrivais évidemment pas à faire, mais j'avais l'impression d'avoir 3mn de retard sur les autres!). Et effectivement sans péri, les suites de couches m'ont paru moins fatiguantes. Du coup je dirai comme toi : ne pas avoir trop peur de l'accouchement naturel, mais, rester prête pour la péri si on ne peut plus tolérer la douleur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai un mauvais souvenir du masque à oxygène, d'ailleurs je l'ai viré quand j'ai vu que je commençais à perdre pieds 😊

      Supprimer