L'art délicat de l'allaitement

L'allaitement est un des sujets qui me tient particulièrement à cœur parce qu'encore une fois, j'ai du balayer toutes mes idées reçues quand j'ai décidé de le pratiquer avec mes enfants.

Pour le coup, à chacune de mes grossesses, je ne me suis pas du tout posé la question du sein ou du biberon. Tout était très clair dans ma tête, j'allais allaiter 6 mois mes enfants comme le recommande l'OMS.
Je ne suis pas contre le biberon, au contraire, mais je pense qu'il s'agit d'un choix très personnel voire intime.
Pour ma part, j'ai besoin de ressentir cette fusion presque animale avec mon bébé en le nourrissant moi même. Je suis également  convaincue des bienfaits du lait maternel pour le nourrisson, c'est pourquoi j'ai fait ce choix.

Donc lorsqu'à la maternité, après avoir posé mon gravier sur moi, on m'a demandé si je comptais allaiter, j'ai dit oui en pensant naïvement qu'une sage femme allait venir me faire un tuto détaillé sur "Comment on allaite un bébé ?".
Et bien ça ne marche pas comme ça !
Oui j'ai eu des explications mais toutes différentes les unes des autres selon les sage femmes, et il faut le dire, quelque peu rapides. Et puis comme au bout de 3 jours mon bébé ne grossissait pas on m'a gentiment proposé de lui administrer un complément.
Moi qui croyais qu'il n'y avait rien de plus facile et naturel que l'allaitement, je me suis rendue compte que c'était difficile et que ça s’apprenait. Non, ça ne vient pas tout seul contrairement à ce qu'on a tendance à croire.

En fait je pense vraiment que l'allaitement est une affaire de volonté et de persévérance.



A la naissance de mon gravier je n'étais clairement pas assez informée sur le sujet.
Mon petit gravier était un bébé RGO (reflux gastro œsophagien), de ce fait il ne prenait pas beaucoup de poids. J'ai tout de suite attribué cela à mon allaitement en pensant que celui-ci était un échec.
Tout le monde autour de moi y allait de sa petite remarque. Évidemment cela partait d'un bon sentiment, mais lorsqu'on me disait "Peut être que tu n'as pas assez de lait", "il ne supporte pas ton lait", ou encore "si tu es si fatiguée donne lui le biberon, ça te soulagera", inconsciemment j'interprétais cela en "Tu n'es pas capable de nourrir ton enfant correctement".

Finalement après 3 mois de pleurs et de remise en question, je décidais avec regret de sevrer mon gravier et de commencer le biberon. 


 
Allaitement de ma pépite



 Pour ma pépite, il n’était pas question de reproduire la même expérience.

Alors pendant toute ma grossesse, le site de la leche league est devenu mon meilleur ami. C'est un peu la bible de l'allaitement, j'y ai trouvé vraiment toutes les réponses à mes questionnements. Je me suis informée sur les positions à adopter, sur la façon de mener un allaitement réussi; et j'ai appris que, à part cas extrêmement rares, tant que bébé tète il y a du lait. 

A la naissance de ma pépite, j’étais prête. J'ai commencé un allaitement à la demande, c'est à dire autant de fois qu' elle le réclamait.

Ma pépite a eu de grosses coliques et pleurait beaucoup. Là encore les commentaires y sont allés bon train: "Ton lait est trop nourrissant","C'est parce-qu’elle mange toute la journée","Tu devrais espacer les tétées".
J'ai enfilé mes plus belles œillères et j' ai suivi aveuglément ce que me dictait mon instinct de maman.

Dans les moments de doute et de fatigue intense, lorsque je n'arrivais pas à obtenir le soutien moral dont j'avais besoin auprès de mon entourage, je me tournais inlassablement vers de la documentation écrite histoire de me rassurer et d'être sûre que je faisais les choses correctement.

Aujourd'hui ma pépite a bientôt 5 mois, et je l'allaite encore exclusivement et à la demande. Ce sont des instants privilégiés qui deviendront plus tard de merveilleux souvenirs.

Si je devais prodiguer un conseil aux futures mamans qui souhaitent allaiter leur nouveau né, ce serait de se préparer à l'allaitement en amont, comme on se prépare à l'accouchement.
Informez-vous sur tout ce qui peut advenir lors de l'allaitement (crevasses, poussée de croissance etc..), parlez en avec votre sage femme, et en cas de complication n'hésitez pas à contacter une conseillère en lactation, car au final le jeu en vaut largement la chandelle!

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires

  1. Entièrement d'accord avec toi lau ! Surtout écouter son instinct et se faire confiance (difficile avec la fatigue, il est important de s'entourer de personnes bienveillantes...) , c'est au final la maman qui connaît le mieux son enfant ! Et faire appel aux bonnes ressources (pas aux différents avis à l'hôpital ou dans l'entourage, tout le monde a son avis sur la question mais souvent basé sur une expérience propre et non sur des données et recherches scientifiques...)
    Flo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est bien d'accord !
      Merci de m'avoir lu en tout cas 😊 des bisous

      Supprimer
  2. Oh comme tu as raison! Il y en a tant a dire, sur le sujet! La société est très pro-allaitement, au risque de culpabiliser les femmes qui choisissent le biberon, mais dès que tu allaites, plus personne ne t'aide et on te donne 12000 avis discordants! J'ai allaité mes 2 filles (6 mois pour l'une, 9 pour l'autres, matin et soir uniquement sur la fin). Pour ma Chouquette, ma montée de lait est venue tard alors on me poussait au bib - j'ai heureusement insisté un peu, mais c'est difficile au début (et par périodes ensuite) et heureusement j'ai eu une super sage-femme. Pour ma 2ème, aidée de mon expérience, je me suis écoutée moi-même et j'ai insisté un peu, et tout s'est bien passé...Et quelle expérience extraordinaire, quand on le souhaite et que ça marche bien! En tout cas une chose de sure : ne pas allaiter si l'on en a pas envie, ce n'est pas un drame si on donne des biberons. Ca doit être le choix de chacune...il faut juste éviter de baisser les bras trop vite si l'on essaye et que c'est difficile.

    RépondreSupprimer
  3. De la part d'une collègue, animatrice de la leche league :
    C’est sympa aussi de rencontrer une animatrice LLL, qui n’est pas une conseillère en lactation (nous on est gratuites !) et qui sait plein de choses quand même. Et ce ne sont pas des folles bobos sectaires qui prônent la femme au foyer comme on le croit souvent ;-)
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur sur le chemin du maternage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Mireille
      Il est vrai que j'ai omis de parler des animatrices de la LLL dans l'article, il s'agit vraiment d'un oubli car je salue leur travail. Comme je l'expliquais je me suis énormément servi du site de la leche league lorsque j'avais des doutes sur mon allaitement.cela m'a beaucoup aidé.

      Supprimer