featured

Histoire d'un corps

Il est arrivé un matin du mois de mars, comme un cheveux sur la soupe, blanc.
Après une nuit compliquée, après beaucoup d'inquiétudes et de doutes. 
On le voyait à peine au début, Il se cachait, n'osait pas signifier sa présence. 
Reflet des questions que je ne posais pas à voix haute mais qui hantaient mes nuits. 
Conséquences de mes interrogations de jeune mère qui découvre pour la première fois la peur qu'engendre un amour absolu.
D'autres sont venus le rejoindre. Au fil des nuits, au fil des insomnies. 
La naissance de ces cheveux blancs témoigne de la vie, celle que j'ai donné, et qui fait palpiter mon cœur. 

Pourquoi je n’ai pas participé au E-fluent 6

Si vous traînez un peu sur la blogosphère ces dernières semaines, vous avez surement entendu parler des E-fluent.
Les E-fluent, c’est LE salon organisé par le magazine Paroles de Mamans qui réunit la blogosphère parentale et les marques de puériculture pour 2 journées d’échanges et de rencontres.
Autant vous dire que cet événement déchaîne des foules de blogueuses en délire à grand coup de hashtag et de « gnniiiiiiiii », ce qui d’ailleurs peut aisément se comprendre vu l’ampleur du truc. 
On ne peut en effet y participer que sur invitation après avoir postulé.

Mais moi, Lau, irréductible blogueuse, j’ai décidé de résister et de ne pas me rendre aux E-fluent.
Sacrilège !!! Mais pourquoi donc ? 
Voici mes principales raisons.

Avoir peur d'accoucher, c'est normal !

Depuis que j’ai ouvert le blog, je n’ai pas beaucoup parlé d’accouchement, sûrement un peu par pudeur.
Pourtant je fais partie de celles qui gardent un excellent souvenir de ces journées (ou plutôt nuits dans mon cas) si particulières. Mes accouchements se sont passés sans accros, il n’y a pas eu de complications, je me suis laissée porter par les évènements et j’ai connu deux accouchements totalement différents.

Pour vous la faire courte, lors la naissance de mon gravier, j’ai perdu les eaux en fin d’après-midi et le lendemain n’ayant toujours pas de contractions j’ai dû être déclenchée. On m’a administré la péridurale et 24 h tout pile après la perte des eaux, nous étions les heureux parents d’un magnifique petit garçon.
Pour ma pépite, mon accouchement se profilait de la même façon. Perte des eaux en pleine nuit, attente dans une maternité bondée jusqu’au lendemain après-midi, j’imaginais déjà un copié collé de mon premier accouchement. Les contractions sont finalement arrivées naturellement et ma pépite a décidé de sortir si vite que cette fois-ci je n’ai pas pu profiter de la péridurale. Un accouchement naturel qui reste un moment magique gravé dans mon esprit.



Mes accouchements se sont donc globalement bien passés. J’ai eu deux beaux enfants bien dodus et en bonne santé, et moi-même je me suis plutôt bien remise de tout ça.

Mais avant cela, pendant mes deux grossesses, il faut que vous sachiez que j’étais morte de trouille.
Et je me suis faite une raison, c’est NORMAL d’avoir peur d’accoucher, qu’on soit nullipare ou pas. 

La phase du "pourquoi ?"

Ça y est mon petit gravier vient de rentrer dans la phase du "Pourquoi ?".
"Maman pourquoi le ciel il est bleu ? Et maman pourquoi il faut aller au bain ? Mais maman pourquoi c'est la nuit ?"
Il y a un pourquoi pour à peu près tout.



Au début cela m'amusait de lui répondre, chercher des explications avec des mots simples tout en essayant de coller le plus possible à la réalité, trouver la bonne définition.
Et puis je me suis vite aperçue qu'en fait, une réponse entraîne systématiquement un autre pourquoi. Parfois je me demande même s'il écoute l'explication que j'ai mis un quart d'heure à lui pondre.

Je serai je pense, un peu en avance

J'ai un petit aveu à vous faire, un de mes plus gros défauts, c'est que je suis ponctuelle. Non, en fait je ne suis pas ponctuelle, je suis TOUJOURS en avance.

En quoi est-ce un problème me direz-vous ? Et bien le problème c'est que mon entourage est tout le temps en retard...

Patience est mère de vertu. Ouais c'est ça ! 



Et puis d'abord, le père Noël il existe pas!

Les fêtes de Noël approchent à grands pas, la famille Cailloux commence à réfléchir à une déco bien kitch pour cette année, à coup de tutos de décorations de boules, et de guirlandes handmades à faire avec les enfants. 
J'adore cette période ! Elle me rappelle mon enfance et le plaisir que j'avais à décorer la maison familiale, l'odeur du sapin, ses aiguilles qui tombent par terre et que je m'amusais à ramasser. 

Et le papa Noël ! Il est bien ce papa Noël... On peut enfin faire du chantage à nos enfants en son nom (#mèreindigne). 
Ha tu ne veux pas te brosser les dents mon lapin ? Mais ce n'est pas grave... enfin je ne sais pas si le père Noël lui, va apprécier que tu ne te laves pas les dents.. Tu sais il voit tout le père Noël de sa maison au Pôle Nord...
Bon j'avoue, je ne le fais vraiment qu'en dernier recours, quand mon seuil de tolérance aux chouinements a été largement dépassé. Et je sais que c'est mal (vilaine mère), mais c'est bien pratique. 


Et puis un jour, la prunelle de tes yeux revient de l'école et te demande des comptes.

Désir de reconversion: #balancetonjob

Ne vous est-il jamais arrivé d'avoir cette étrange sensation de ne plus vous sentir à votre place au travail?
Qu'on soit maman ou pas, il nous arrive à tous à un moment donné de faire le point sur notre situation professionnelle.


Est-on vraiment épanoui dans notre travail ? Quel sens lui donne-t-on ? Celui-ci correspond-t-il à ce que nous sommes ? Ou est-ce seulement un moyen comme un autre de subvenir à nos besoin et sécuriser notre vie familiale?


Lorsqu'on devient maman, j'ai la conviction que nous sommes amenées à repenser notre sphère professionnelle. En devenant parents nous subissons d'énormes changements dans nos vies personnelles et devons souvent revoir nos priorités de vie.
Comme la plupart des gens je me suis moi même posé ces questions. 

Et ceux qui me connaissent savent que la trentenaire névrosée que je suis, se pose toujours cinquante questions existentielles à la minute.

reconversion

Le portrait de Marjorie: Vivre sa maternité après un AVC

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui je laisse un petit coin du blog à mon amie Marjorie qui m'a confié avoir envie de raconter son histoire de maman un peu particulière.

Mais d'abord les présentations.
Marjorie est une amie avec qui je peux dire que j'ai passé de belles soirées de bringue.
La vie suivant son cours, nous nous sommes ensuite un peu perdues de vue pendant quelques années et avons renoué contact il y a peu.
Elle est l'heureuse maman d'un petit Sacha de 3 ans mais a découvert la maternité dans des conditions particulièrement difficiles. 
Elle a en effet été victime d'un AVC (Accident vasculaire cérébral) peu après son accouchement.
Un jour en discutant de son accident, elle m'a fait part de son envie de poser des mots sur son histoire et je lui ai proposé d'écrire un article sur le blog.


Complainte d'une mère écolo

Aujourd'hui j'aimerais vous faire partager mon agacement concernant un sujet qui me touche, l'écologie.



Je suis une maman en transition. Après concertation avec Papa Cailloux, nous avons décidé de changer notre mode de consommation et de petit à petit, essayer autant que possible de vivre de façon plus éco-responsable.

Devant mon ordinateur, je rêve.

Devant mon ordinateur je rêve.

Je rêve d'espace. Grand, vide, hors du temps.
Je rêve de prairie à perte de vue. Sentir l'odeur de l'herbe fraîchement coupée sous mes pieds. 
Je rêve de coquelicots, de printemps. D'arbres en fleurs, de couleurs.